skip to Main Content

Que ta nourriture soit ta médecine.

Hippocrate
-460 à -370 av. J-C

hippocrate

Le jeûne

Avant de parler de nutrition et des compléments alimentaires chez l’adulte, il est indispensable de dire quelques mots sur le jeûne. Le jeûne permet à l’homme malade de retrouver la santé et à l’homme normal de la maintenir. Tout excès alimentaire intoxique l’organisme, viciant les liquides humoraux, nourriture cellulaire, favorisant les maladies chroniques.
C’est pourquoi, il n’y a pas de retour à la santé sans restriction alimentaire. Le jeûne est la première thérapeutique, celui de plusieurs jours doit être encadré par du personnel médical.
L’effet bénéfique du jeûne est connu depuis longtemps. On en parle à l’époque de l’Egypte ancienne, de la Grèce, chez les Spartiates, les Persans, dans chaque religion monothéiste, dans le Bouddhisme. Les philosophes et les sages le conseillent. Car le jeûne a un effet purificateur corporel et spirituel.
Le jeûne désintoxique des poisons endogènes et exogènes, chasse les toxines intracellulaires, active les émonctoires (rein, foie, peau, intestins), modifie le terrain.

Si les médecins de demain
ne sont pas nutritionnistes,
alors les nutritionnistes seront
les médecins de demain.

Thomas Edison (1847 - 1931)

nutritionnistes_2

Bonne hygiène alimentaire

Nous pouvons déjà donner quelques règles qui amélioreront l’état général. Dès l’âge adulte, nous pouvons instaurer dans nos habitudes:

  • Commencer la journée par boire une tasse d’eau tiède
  • Au repas de fin de journée, ne pas manger de protéines animales.
  • Se faire de temps en temps des diètes journalières rien que de fruit/légumes.
  • faire deux jours de végétarisme par semaine.

Prendre conscience que ce qui surcharge le foie et fatigue les reins, c’est un régime riche en protéines animales, sucre, graisse. Une prise journalière de ces aliments encrasse l’organisme et lui donne un terrain acide. Un foie surchargé favorisera le diabète, l’hyperlipidémie, le terrain allergique, les raideurs articulaires, les tendinites,… Un rein fatigué entraînera des troubles de la tension artérielle, une moindre élimination des déchets métaboliques et toxiques, une rétention hydro-sodée…  Seul le chemin vers un végétarisme même partiel aidera à la purification du corps et lui donnera un terrain basique, préservant la dégénérescence tissulaire, ralentissant dès lors le vieillissement, et l’apparition de maladies dégénératives.

«  Le mondain nourrit son corps, mais le sage nourrit son âme. Celui qui se plait dans la satisfaction de ses appétits travaille à sa propre destruction ; mais celui qui marche dans le chemin trouvera à la fois le salut de son âme et la prolongation de sa vie. »

Bouddha

Conseils nutritionnels pour un adulte

Dans une assiette équilibrée et de qualité, que choisir ?

Que choisir pour  lutter contre le vieillissement, éviter le diabète,  protéger le système cardio-vasculaire, améliorer ses défenses contre les infections et le cancer, éviter la dégénérescence ostéo-articulaire et  la dégénérescence cérébrale ?

Toutes ces pathologies sont le pain quotidien du médecin, et finiront par appeler le médicament.

Peut-on éviter cette dégradation ? Certainement la ralentir. Mais cela dépend de vous. Car seul vous, décidez vos achats. Seul vous, décidez ce que vous déposez dans votre assiette. Première étape : considérer les proportions.

Les besoins de l’homme et leur proportion :

60% fruits et légumes
10 à 20% produits animaliers
10 à 20 % de féculents

Deuxième étape, préciser le contenu de l’assiette.

60% fruits et légumes frais             +/- 5 portions de 80 gr /j

Manger de préférence
–         de produits de saison et du pays
–         des produits de trois couleurs : vert – rouge/orange – blanc
–         des légumineuses (lentille, haricot, fève, pois-chiche…)
–         des fruits secs (amande, noix,…)
–         des oignons, de l’ail, des herbes aromatiques, des épices…
–         du  jus de fruits frais pressé ou mixé.

Les laver car on constate la présence de produits chimiques dessus (pesticide).

20% produits animaliers  (0,9 gr de protéine/kilo de poids dont 50% animale et 50% végétale)

–          Poisson gras : sardine (un des plus riches en oméga3), hareng, truite.
Eviter le thon et l’espadon car ce poisson a une longue vie et est un prédateur. Il est donc riche en métaux lourds (mercure et plomb). Le saumon en est porteur aussi mais en moindre quantité, préférer le saumon Label Rouge.
S’orienter vers les poissons de pêche à la ligne.

–         Volaille
–         Viande rouge : 1 à 2 x/semaine suffit
–          Œuf : de préférence numéroté 0 (élevage plein air nourriture bio) ou 1(élevage plein air)
–          Produits laitiers : en faible dose, pas tous les jours.

Un adulte devrait passer une à deux journées par semaine sans consommer de produits animaliers afin de mettre le foie au repos.
Les protéines animales doivent être consommées le matin ou le midi, et  de préférence évitées le soir.

20% féculents

Préférer les féculents complets, car les raffinés sont pauvres en micro-nutriments (zinc, chrome,…) : pain complet au levain, riz complet, pâte complète, pomme de terre.
Si l’on souffre d’une intolérance au gluten, s’orienter vers le riz, le quinoa, la pomme de terre

Concernant le sucre

Prendre du sucre brun de canne (non raffiné)
Miel, sirop d’érable

Comme boisson la journée

Eau ( 60% du poids du corps de l’Homme est de l’eau.)
Eau chaude (conseillé dans la médecine Ayurvédique)
Jus frais
Tisane
Thé vert, ou thé blanc

Café modérément : 1 à 2  tasses par jour c’est déjà suffisant.

Les huiles  avoir chez soi (dans une bouteille en verre foncé):

Huile d’olive 1er pression à froid : elle  peut être chauffée
Huile de colza 1er pression à froid : ne peut pas être chauffée (salade…)
Utiliser du sel gris (riche en minéraux)

Troisième étape, éviter certains aliments.

Eviter

Les plats préparés
Les jus en boites, les sodas
Les alcools (bière, vin, alcool fort)
Les fritures
L’alimentation snack
Les conservateurs non naturels
Les huiles hydrogénées

Page en construction

Back To Top